Base de données pour différentes campagnes
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Catherine Lafitte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catherine

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Catherine Lafitte   Mar 23 Juin - 19:31


Catherine Elisabeth Lafitte, née Lemarchand

Age : 29 ans
Taille : 165 cm
Poids : 52 kg
Peau : Claire, mate
Cheveux : Châtains foncés
Yeux : Brun noisette

Origine :
Terres Libres, la Nouvelle Orléans
Religion : Chrétienne
Social : Bourgeoisie marchande
Statut : Mariée
Famille : Sans enfant
Fratrie : Fille unique


Apparence et traits généraux

Catherine est une femme de taille moyenne, mince, aux traits un tantinet hautain. En dame de ville c'est visiblement une habituée à un certain niveau de vie minimal; de mise soignée, de longs cheveux ondulés bien trop longs pour la campagne, son teint hâlé doit plus à sa généalogie qu'à un dur et ardu labeur au soleil. Elle tente de garder des manières en tout temps et peut paraître choquée par certaines personnes rustiques. Sans être un canon de beauté parfait, elle a des traits réguliers, quoiqu'un visage un peu trop carré. Tout à fait admirable par la gente masculine, mais sans être hors norme.

Lors de la première rencontre à Biloxi, Catherine était une dame en robe de ville pratique (la simplicité de mise en déplacement). Sans mise excessive ni bijoux voyant.

La suite du voyage la vît arborer une robe de voyage plus rustique et encore plus pratique; elle noua ses cheveux en tresse ou en queue de cheval; elle démontra une aisance à cheval et en bivouacs dénotant une certaine habitude, ainsi qu'une connaissance des soins à un cheval ou à l'équipement certains, y compris les armes à feu qu'elle manie même avec aisance (ce qui n'est pas le cas des armes blanches). Par contre, la cuisine est modérément son fait.

Par la suite, elle fini même par se faire violence et par apparaître en pantalon et chemise, qui reste quoiqu'on en dise idéal en zone de marais et de forêt. Elle ne se dépare désormais plus d'un foulard blanc noué d'un seul tour autour du cou et dont les bouts volent mollement au vent.


Généalogie



Histoire et éducation

Fille de petits commerçants possédant un magasin d'articles généraux à la Nouvelle Orléans, née dans ce qui est désormais connu sous le nom des Terres Libres, Catherine grandi sereinement dans le cocon douillet de sa famille avec des parents très ouverts d’esprits. Enfant unique, choyée, garçon manqué et solitaire, elle bénéficia grâce à son père d'une éducation très ouverte et très complète pour une jeune fille, une éducation moderne et très libérale, disons-le. Culture générale et sciences, commerce et politique, mais également des matières plus triviales telles que l'équitation, la chasse ou les armes à feu, sans doute une manière pour son père de se consoler de n'avoir pas eu de fils. Tout aura été mis en œuvre pour qu'elle puisse prendre la suite du commerce familial, au lieu de n'être qu'une épouse douce et soumise – l'un n'empêchant toutefois pas l'autre, elle reçu également une éducation de dame tout à fait conventionnelle.

A l’âge d’être une dame, et sa féminité enfin assumée, elle refusa quelques galants au grand dam de ses parents, mais jamais elle ne fût forcée de prendre un époux qui ne lui plaisait pas. Finalement, elle succomba à la cour assidue de Philippe Lafitte qui la courtisa durant 2 ans sans se lasser.  

Philippe, veuf de 38 ans dont la première femme, Anne, était décédée 7 ans en arrière d’une mauvaise fièvre,  a une fille de 9 ans, Aube, qui grandi en étant éduquée par une nounou ; il devint donc en seconde noce l'époux de Catherine. Ses parents ayant disparus en mer il y a 9 ans, il a hérité du commerce familial (épices, coton, bois…) avec l’aide de Pierre Roland, son indispensable intendant après avoir été celui de ses parents.

Depuis leur mariage, Catherine épaule et conseille son mari pour son commerce. Les relations avec Aube se passent modérément bien (voir très mal), la fillette ayant du mal à accepter la présence de sa belle-mère et une trêve polie mais fragile existe entre les deux.


Motivation et 1ère rencontre avec le groupe

Lors de sa rencontre avec les gueules de dragon, elle est à Biloxi où elle cherche à retrouver son mari, parti deux mois auparavant pour affaires et n'ayant plus donné signe de vie depuis lors. Le hasard d'une connaissance commune, M. Prunelle, la met en contact avec le groupe des gueules de dragon peu après un de leur discours en ville. Dans la conversation, il apparu que Catherine détient une carte excessivement précise de la région, certainement bien plus que les cartes officielles (héritage familiale d'un grand père toqué de géographie) ; carte dont elle pensait se servir si elle devait s'enfoncer en expédition dans les terres à la recherche de Philippe. L'usage de cette carte fût poliment requise par le groupe, ce qui mit Catherine devant un difficile choix moral, car il était impensable de laisser un objet d'une telle valeur sans surveillance.

Aider son mari ou aider son pays.

Consciente de la difficulté, voir du peu d'espoir, de retrouver Philippe en cherchant au hasard, sensible également au sort des terres qui la virent naître et patriote dans l'âme, le choix était pour elle évident, sachant d'autant plus que son mari l'approuverait sans l'ombre d'un doute, les discussions sur l'avenir des Terres Libres étant monnaie courante dans les deux familles.

Ainsi elle accepte de mettre ses recherches en pause pour ce qu'elle pensait n'être que quelques jours ou semaines afin d'aider les gueules de dragon à Biloxi. Toutefois, elle prends ses précautions et envoie des courriers à sa famille ainsi qu'à Pierre, l'intendant, afin qu'il mette sur pied des recherches depuis la Nouvelles Orléans et gère le commerce en son absence. Également, elle confie formellement Aude à ses grands-parents paternel. Puis tout s’enchaîne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Catherine Lafitte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Catherine Mimosa [validée]
» CATHERINE CAREY ღ « Rien n'est plus féroce que le coeur d'une mère. »
» Catherine Rollins [En cour]
» La Diaspora en Guyane acceuille Mirlande Manigat
» Gade ki bèl mèvèy doktè Famè ( Paul Farmer) fè an Ayiti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres Libres s'embrasent :: Les Terres Libres s'embrasent :: Personnages joueurs-
Sauter vers: